//
vous lisez...
La vie en doctorat

La galère administrative des doctorants étrangers

Heureux les européens qui viennent préparer leur doctorat en France ! Ils échappent à la galère de l’obtention du visa et du titre de séjour. Redoc vous fait partager quelques expériences désastreuses des jeunes chercheurs provenant de pays extérieurs à l’union européenne, et vous fournit les liens vers des documents de référence pour faire valoir vos droits, si vous êtes dans cette situation.

Témoignages de galère, pour ne pas se sentir seul

De ces témoignages, et de son enquête de mai 2010, la Confédération des Jeunes Chercheurs a tiré une analyse de l’accueil administratif des jeunes chercheurs étrangers, en présentant aussi une liste de recommandations pour améliorer les pratiques des ambassades, des préfectures, et des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et plus généralement améliorer la loi.

Outils pour faire valoir ses droits

Votre meilleur interlocuteur pour toutes les questions administratives, c’est le centre Acc&ss Paris-Est, prévu pour accueillir les chercheurs en mobilité, y compris les doctorants, et les aider dans leurs démarches administratives.

Pour en savoir plus : http://www.univ-paris-est.fr/access/

Quelques infos utiles sur la carte de séjour scientifique et le logement

Les doctorants ayant un contrat de travail peuvent demander à leur employeur de leur établir une convention d’accueil, afin de bénéficier de la carte de séjour mention « scientifique-chercheur ». Cette carte fournit des facilités concernant la venue en France de la famille du chercheur, peut être pluri-annuelle dès le premier renouvellement, doit être délivrée dans le mois suivant sa demande, et elle est renouvelée quand son titulaire perd involontairement son emploi, ce qui lui permet de chercher un emploi en France, tout en bénéficiant des allocations chômage pour lesquelles il a cotisé. En revanche, attention : elle est plus chère que la carte de séjour mention « étudiant ».

Un autre problème rencontré par les doctorants étrangers est celui du logement, comme on peut le constater dans cette enquête auprès de doctorants montpelliérains menée par l’association Contact. Les propriétaires privés refusent fréquemment les garants étrangers, ou habitant hors de France, alors que cela est strictement interdit par la loi. Les références à ce sujet sont données (entre autres) dans un guide d’Euraxess France : Chercheurs en mobilité : votre guide logement – Mieux comprendre les règles de la location en France, à la page 19. Vous y trouverez de nombreuses autres informations utiles. De plus, depuis septembre 2014, les doctorants et postdoctorants étrangers peuvent bénéficier du dispositif « caution logement étudiante » : l’Etat se porte garant pour leur logement contre une cotisation mensuelle d’1.5% du loyer (http://www.lokaviz.fr/n/a-qui-s-adresse-la-cle/n:473).

Dans tous les cas, n’hésitez pas à parler des problèmes que vous rencontrez à vos collègues. Vous pouvez aussi demander une carte de chercheur invité, qui vous ouvrira les services des Centres Euraxess et de la Fondation Kastler.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :