//
vous lisez...
La vie en doctorat

Parler de sa thèse

Doctorat-BD-ChloeDupresQuand vous apprenez à quelqu’un que vous êtes en train de préparer une thèse, la première question est tout le temps : « Ah oui ? Une thèse sur quoi ? » Quelques astuces pour répondre à la question, à un non-spécaliste bien sûr…

Comment parler de sa thèse

Première stratégie ? « Une thèse sur… euh… sur rien », comme Agnès Jaoui dans On connaît la chanson. Voilà de quoi clôturer en vitesse la conversation, en laissant au passage la légère impression que votre travail est d’un ennui absolu et d’une inutilité certaine.

Pour les jours de bonne humeur, mieux vaut avoir un peu réfléchi à la question, afin d’être prêt à résumer en quelques mots la problématique ou thématique principale sur laquelle vous travaillez, et ses enjeux. Alors même si vous n’y avez pas réfléchi au préalable, vous parviendrez à improviser quelques explications, mais gare à l’embourbage dans des aspects trop techniques ! C’est en répondant plusieurs fois à la question, et en guettant les réactions de vos interlocuteurs, que vous parviendrez à affiner votre petite présentation grand-public, en gardant uniquement les idées-clé qui montrent l’intérêt de votre projet doctoral, en adaptant éventuellement aux intérêts de votre interlocuteur… et tant pis pour les premiers qui ont essuyé les plâtres de l’improvisation totale.

Résumer sa thèse en une phrase

Quand les docteurs de l’Université de Montréal doivent résumer leur thèse en une phrase…

Ecouter d’autres doctorants parler de leur thèse est une bonne manière de voir ce qui marche… et ce qui endort ! France Culture Plus a lancé l’émission Radio Thésards sur France Culture Plus à l’automne 2012. Vous trouverez aussi sur le site Droit de cités quelques épisodes déjà réalisés par David Christoffel, lui-même docteur de l’EHESS. Préparez à l’écrit un court résumé grand-public de votre sujet de thèse : vous pourrez ensuite le recycler de diverses manières, et cela vous forcer à poser les idées et les mots-clés. D’ailleurs, une astuce pour vos présentations d’articles, voire votre soutenance de thèse (dans certaines domaines de recherche au moins) : il peut être utile de ciseler une phrase de résumé de votre problématique et de ses enjeux, à prononcer juste après le titre de votre présentation, afin d’intéresser vos interlocuteurs dès le début de votre intervention, avant même de rentrer dans l’introduction ou l’annonce du plan.

ImageTedAller directement à l’essentiel pour montrer les enjeux, quitte à simplifier un peu et, dans la suite de la discussion, illustrer par du concret : pour des exemples sur la façon de communiquer de façon percutante sur des problématiques techniques ou complexes, allez voir des présentations de la conférence TED, dédiée aux idées qui méritent d’être diffusées (« ideas worth spreading« ). Sélectionnez la vidéo en fonction des thématiques qui vous intéressent, ou en fonction des critères de classement (les plus vues, les plus fascinantes, les plus drôles…) et voyez les techniques des orateurs pour faire tenir leur présentation en quelques minutes et captiver leur auditoire.

Finalement, pensez aussi que sans entrer dans les détails de ce qui vous passionne, il est possible d’arriver à transmettre le fait qu’on en est passionné. Pensez aux moments les plus excitants de votre recherche depuis le début de votre thèse, et essayez d’expliquer la beauté de ces instants. Finalement, plus que le sujet lui-même, n’est-ce pas là l’essentiel ?

Pourquoi parler de sa thèse

Parler de son doctorat ne permet pas seulement de répondre à une question, et de combler l’intérêt de son interlocuteur. La personne en face de vous peut vous apporter des retours extrêmement intéressants.

Les premiers retours concerneront la clarté de vos explications, et vous permettront d’ajuster votre speech par la suite. Davantage, si votre interlocuteur ne fait pas partie du monde académique, ses questions et réflexions pourront alimenter la manière dont vous concevez le lien entre votre problématique de thèse avec « le monde réel », qu’il s’agisse d’applications grand-public de vos résultats, ou d’intégration de votre sujet dans des problèmes de société.

En particulier, pendant la discussion, soyez attentif au vocabulaire utilisé par votre interlocuteur ! Ne maîtrisant pas votre jargon technique, il aura tendance à reformuler avec son propre vocabulaire les questions et objets que vous étudiez, et vous n’avez plus qu’à partir à la pêche aux mots clés ! Particulièrement intéressant si vous discutez de votre doctorat avec un professionnel du secteur privé : voilà l’occasion de tester votre discours, et récupérer les outils permettant de le traduire en « jargon d’entreprise », quand vous en aurez besoin dans un contexte professionnel par la suite (entretiens d’embauche, partenariats, …).

Pour enrichir cet article, contactez-nous !

D’autres textes sur le sujet :

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :