//
vous lisez...
Après-thèse, Après-thèse : carrière académique, Après-thèse : privé et opérationnel, Outils, Valoriser ses travaux

La carte de visite, outil de communication scientifique et professionnelle pour les jeunes chercheurs ?

Redoc-Cartes_de_visite-DoctorantsLa carte de visite a-t-elle sa place dans la communauté des chercheurs, où c’est par les résultats de ses recherches qu’on doit se faire un nom ? A l’heure où les réseaux se développent sur le web, ce petit bout de carton reste un bel outil de communication pour les doctorants dans de nombreuses circonstances professionnelles, pour leurs recherches en cours, ou leur carrière future.

Un outil pendant et après la thèse

La carte de visite, c’est d’abord un moyen pour qu’on se rappelle de vous. En colloque, par exemple, où toutes les stars internationales de votre domaine sont réunies. Mais à moins d’être rôdé aux 13 minutes et autres Ted Talks, pas évident de laisser votre nom dans les mémoires par la simple qualité de votre exposé.

Alors bien sûr, aller discuter de ses travaux et de leurs perspectives avec les chercheurs présents sur place après votre intervention pourra aider. Si vous avez présenté un poster, en avoir sous la main quelques exemplaires au format A4 pour en discuter avec eux, comme nous le conseillait Camille Couprie, augmentera vos chances de marquer les esprits. Mais à défaut, une simple carte de visite vous assurera que votre interlocuteur pourra retrouver votre nom et vos coordonnées pour poursuivre la discussion, le soir même, ou de retour dans son bureau, ou même plusieurs années plus tard. Les souvenirs de vos travaux ne s’arrêtent alors pas à une présentation ou à une discussion, mais peuvent s’accrocher à un objet matériel, conservé et rangé. Le facteur chance peut aussi intervenir, comme l’explique Béatrice Pous, de Pôle Emploi Cadres et International : « une carte de visite, on la glisse dans la poche, et on retombe dessus à un moment donné« .

Cet outil qu’on peut garder en permanence à portée de main est aussi bien pratique quand on manque de temps pour discuter : rapidement dégainé alors que l’interlocuteur s’apprête à filer vers son avion du retour, il peut alors avoir un rôle de post-it invitant à poursuivre à distance la conversation interrompue, par mail ou téléphone. Vous pouvez d’ailleurs le mentionner explicitement lorsque vous remettez votre carte, en proposant une reprise de contact dans les jours qui viennent.

Cet aspect pratique encourage les échanges de coordonnées. Delphine Bahri, consultante en ressources humaines et formatrice, explique qu’il s’agit d’un geste naturel : « quand vous donnez un CV, on ne vous donne pas un CV, mais quand vous donnez une carte, vous récupérez une carte« .

La carte de visite vous permet également de vous positionner en professionnel. Vous n’êtes plus l’étudiant à la recherche de conseils du professeur, vous n’êtes pas le jeune diplômé en recherche d’emploi, vous êtes un professionnel qui s’adresse à un autre professionnel, sur son sujet d’expertise. Béatrice Pous va même plus loin : « ça vous met aussi dans la posture même physiquement, ça va vous donner de l’assurance« .

Que mettre sur sa carte de visite ?

Le contenu de la carte de visite devra être décidé en fonction de l’image que vous souhaitez laisser. Rester sobre en donnant le minimum d’informations a un intérêt majeur lors des contacts professionnels, selon Delphine Bahri : cela permet à la personne en face de vous de « se projeter dans ce qu’elle a envie en fonction de ce qu’elle a retenu de vous« .

Il suffit donc d’indiquer impérativement votre nom (éventuellement précédé d’un « Dr. », après obtention de votre doctorat, comme l’a rappelé la loi de l’été dernier sur l’enseignement supérieur et la recherche…), votre numéro de téléphone et votre adresse email. L’adresse postale ne semble pas nécessaire, et c’est à vous de voir si vous souhaitez indiquer une spécialité ou discipline. Selon Béatrice Pous, il sera toujours temps « de sortir un stylo et de rajouter neuro-biologiste ou juriste droit international, pour que la personne vous identifie. Du coup, ça vous laisse la liberté de mettre ce que vous voulez en termes de spécialité, de termes pour que la personne vous identifie« .

A vous de voir également en fonction de votre cible de contacts si vous souhaitez choisir le français ou l’anglais, ou encore insérer un flashcode permettant aux téléphones mobiles de tomber rapidement sur votre page professionnelle.

Il se peut que vous deviez respecter certaines contraintes de l’imprimeur de vos cartes de visite. Younès, doctorant à Université Paris-Est, explique qu’il est passé par le site vistaprint.fr avec une promotion : 250 cartes (sans publicité au verso) et un tampon indiquant nom et coordonnées, pour 4 euros plus 6 euros de frais de port.

Indiquer le logo de votre établissement d’inscription en doctorat peut également être une bonne idée, qui contribue même à sa notoriété à l’international. Mais dans ce cas… autant demander qu’il vous fournisse vos cartes de visite ? Souvent, les établissements d’enseignement supérieur le font pour leurs membres permanents : à vous de solliciter le même service pour les chercheurs non titulaires. La charte des thèses d’Université Paris-Est précise d’ailleurs que « le doctorant est pleinement intégré dans son unité ou laboratoire d’accueil, où il a accès aux mêmes facilités que les chercheurs titulaires pour accomplir son travail de recherche« . Et si ça ne suffit pas, il suffira d’être convaincant sur les multiples intérêts de cet outil, tant pour la diffusion de l’identité visuelle de l’établissement, que pour la recherche d’emploi de ses docteurs.

Cet article a été rédigé en utilisant tout particulièrement deux enregistrements de P’tit déj’ de l’association Contact des doctorants et docteurs de l’Académie de Montpellier : celui du 20 avril 2012 et celui du 21 février 2013. Si vous avez d’autres astuces ou conseils sur l’utilisation des cartes de visite pendant et après le doctorat, n’hésitez pas à nous contacter pour nous les signaler !

Exemples de bonnes pratiques :

  • à l’Université Rennes 2, où tous les personnels, incluant les doctorants, peuvent commander gratuitement des packs de 100 ou 200 cartes de visite.
  • dans certains laboratoires affiliés à l’école doctorale de l’Institut d’études politiques de Paris d’après son rapport d’évaluation AERES de juillet 2009.
Publicités

Discussion

Une réflexion sur “La carte de visite, outil de communication scientifique et professionnelle pour les jeunes chercheurs ?

  1. Merci Philippe pour cet article très intéressant, qui pousse à se faire faire sa propre carte et à conseiller aux étudiants de faire la leur au plus vite.

    Publié par Anonyme | 9 décembre 2013, 11 h 06 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :