//
vous lisez...
Outils, Ressources scientifiques et pédagogiques, Tutoriels

Comment accéder aux articles à péage ?

Les revues scientifiques développent de plus en plus l’Open Access, parfois sous la pression de la communauté scientifique, ou d’évolutions politiques (voir notre article d’avril dernier sur le libre accès à l’information scientifique et technique). Mais comment procéder si vous tombez sur un article dans une revue à péage, c’est-à-dire où une authentification ou un paiement est nécessaire pour y accéder ?

Utiliser les ressources documentaires de l’établissement

L’établissement où vous effectuez vos recherches a parfois accès à des ressources protégées par péage, suite à des abonnements auprès d’éditeurs scientifiques. Il est possible que vous y ayez accès directement depuis le réseau de l’établissement, ou que vous deviez vous connecter avec votre compte institutionnel pour y accéder. C’est le cas par exemple à Université Paris-Est (portail documentaire), à l’UPEM (ressources, revues), à l’UPEC (bibliothèque en ligne), etc. Rappelons que par ces ressources en lignes, vous avez également accès à la presse généraliste, et leurs archives sur plusieurs années voire décennies, par exemple par les portails Europresse et Factiva.

Explorer les archives ouvertes

Si vous ne pouvez accéder à la version officielle de l’article sur le site de l’éditeur, peut-être pouvez-vous récupérer une version enregistrée sur une archive ouverte. En France, c’est par exemple le portail HAL où tous les chercheurs sont invités à déposer leurs articles. Quand l’éditeur n’autorise pas à diffuser la version finale, il laisse parfois la possibilité de déposer une version antérieure, par exemple celle produite par les auteurs après prise en compte des remarques des relecteurs (postprint, en anglais). A défaut, il est toujours possible pour un chercheur d’envoyer la version qu’il a produite avant toute intervention de l’éditeur (preprint, en anglais). Dans ce cas, il s’agira certes d’une version « low-cost », de qualité moindre par rapport à l’article réellement publié par la revue. Mais ce sera une excellente occasion de maintenir votre sens critique en éveil lors de la lecture !

Comment procéder ? Certes, HAL propose un outil de recherche pratique, et en raison de son bon référencement, on tombe parfois sur l’article depuis une simple recherche de son titre sur les moteurs de recherche généraliste. Une possibilité si vous connaissez le DOI (référence d’identification de l’article) est de faire une recherche ciblée dessus, par exemple, avec Google : site:hal.archives-ouvertes.fr « 10.1007/978-3-642-10745-0_61 » (en remplaçant 10.1007/978-3-642-10745-0_61 par le DOI qui vous intéresse).

Parcourir le web

Et les moteurs de recherche, vous avez essayé, au cas où l’auteur aurait placé son article sur sa page web ? Simplement en mettant le titre de l’article recherché entre guillemets dans votre requête. Ou sans guillemets, pour identifier des versions où le titre serait légèrement différent. Mais dans ce cas, il est possible que vous obteniez trop de résultats. Le moteur de recherche spécialisé Google Scholar vous permet alors de rechercher dans un espace de documents plus restreint, en affichant directement un lien vers le PDF quand il a été trouvé en libre accès sur le web. Parcourir les différentes versions de l’article qui sont recensées permet aussi d’accéder parfois à une version accessible. Et si le lien n’est plus valide, vous pouvez utiliser la Wayback Machine du site archive.org en entrant le lien du document pour voir s’il n’y a pas été archivé.

Doctorat-Biblio-GoogleScholar

Contacter l’auteur

L’auteur n’a pas déposé son article sur les archives ouvertes ? Le plus simple est peut-être de le contacter directement, il sera peut-être même flatté que vous vous intéressiez à son travail. Pour cela, Kris Olds propose de procéder en 5 étapes :

  1. Chercher sur Google le nom de l’auteur ;
  2. Visiter son site web pour récupérer une adresse de courriel valide (cette adresse apparaît parfois aussi sur le site de l’éditeur de l’article, ou d’autres articles du même auteur) ;
  3. Lui envoyer un courriel ;
  4. Recevoir le PDF de l’article (et par la même occasion, être en contact avec quelqu’un qui travaille sur des problématiques de recherche liées aux vôtres) ;
  5. Le remercier pour son aide.

Faire appel aux documentalistes de l’établissement

Les documentalistes de la bibliothèque universitaire pourront également vous renseigner sur les procédures prévues pour débusquer les articles ou ouvrages récalcitrants, en utilisant le réseau documentaire académique français ou international. Concrètement, ils pourront avoir recours au prêt entre bibliothèques.

Lancer une bouteille à la mer

Vous êtes bien sûr que vous avez testé toutes les étapes précédentes ? Il vous reste alors la possibilité de faire appel à vos collègues, ou de lancer un appel sur le web, par exemple sur ce forum, ou dans un groupe Facebook dédié (voir aussi la présentation de Guillaume Cabanac Bibliogifts ? Les bibliothèques clandestines de l’édition scientifique). Ou la dernière option, illustrée par TIS sur PhDelirium, faire appel au Père Noël !

Noël, seul moyen d'accéder à la littérature scientifique ? Illustration de PhDelirium.

Noël, seul moyen d’accéder à la littérature scientifique ? Illustration de PhDelirium.

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :