//
vous lisez...
Doctorat à Paris-Est, Enquête sur les formations doctorales, Formations, Nos actions, Redoc Paris-Est

Résultats de l’enquête Redoc « Nouvelles formations doctorales » de février 2014

Redoc-Enquete-Formation-Doctorale-2014-graphiqueEn février et mars 2014, Redoc Paris-Est a réalisé sa troisième enquête sur les formations doctorales d’Université Paris-Est, après une première consultation des doctorants en 2012 et une enquête plus détaillée en 2013 à propos du catalogue de formations disponibles.

Cette troisième enquête était ciblée sur les nouvelles formations demandées par les doctorants, et a recueilli près de 130 réponses bien réparties parmi les diverses écoles doctorales, les sites géographiques et les degrés d’avancement du doctorat.

Elle a donné lieu à un document spécifique à propos des formations à l’enseignement, préparé pour une réunion entre le DED (département des études doctorales) d’Université Paris-Est et l’ÉSPÉ (École Supérieure du Professorat et de l’Éducation) de l’Université Paris-Est Créteil.

Quelques questions préliminaires sur les choix de formations permettent de constater que ceux-ci se font essentiellement sur l’intérêt pour la formation en elle-même, mais en incluant des critères de lieu pour un tiers des doctorants, et d’horaires pour à peu près le même nombre. Deux tiers des répondants apprécieraient des formations courtes de 2h, ou regroupées sur une après-midi.

La formation qui attire le plus de doctorants « très intéressés » concerne la rédaction d’articles en anglais. Ce souhait apparaît dans toutes les écoles doctorales, particulièrement en deuxième année.

Les autres blocs thématiques de formations qui sont ensuite les plus demandées concernent le coeur du travail du doctorant (bloc de questions 10, notamment rédaction et soutenance de la thèse) ou les activités quotidiennes du chercheur (bloc 11, notamment écriture d’un article scientifique, d’une étude bibliographique). Les écoles doctorales de sciences humaines et sociales expriment un intérêt tout particulier pour certaines méthodes ou outils directement liés à la recherche (blocs de questions 6 et 7).

Face à ces réponses sur des compétences censées être acquises avant le début du doctorat, et/ou par la pratique de la recherche, on peut comme pour la précédente enquête s’interroger de nouveau sur la formation à la recherche reçue en master, et sur l’encadrement fourni par le directeur de thèse, ainsi que l’environnement scientifique pendant le doctorat. Alors que les doctorants précisent dans leurs réponses aux questions ouvertes qu’ils souhaitent des formations plus ciblées sur leur domaine de recherche, c’est l’unité de recherche qui semble le lieu le plus approprié pour demander des conseils et avis aux collègues plus expérimentés sur ces questions, ainsi que pour la création de séminaires de doctorants (plus d’un tiers de « très intéressés »).

D’autres demandes réunissent plus d’un tiers des participants : la vulgarisation, la communication de résultats scientifiques, oralement (gestion du trac) ou par écrit (logiciels de PAO), la propriété intellectuelle. La préparation aux entretiens d’embauche et les rencontres avec des entreprises qui recrutent des docteurs attirent également plus d’un tiers des répondants, mais plutôt dans les écoles doctorales en « sciences dures ».

Retrouvez l’ensemble des résultats de cette enquête dans ce document :

Synthèse de l’enquête « Nouvelles formations doctorales » de février 2014

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :