//
vous lisez...
Après-thèse

Auto-évaluer ses compétences

On vous parle sur ce site des compétences des docteurs. Mais quelles compétences avez-vous vraiment acquis pendant votre doctorat ? Un article pour faire le point soi-même, tout au long du doctorat, afin de savoir comment se mettre en valeur ensuite.

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences est un dispositif proposé par FONGECIF, un organisme de gestion de la formation continue, qui permet à un salarié de préparer une évolution de son projet professionnel. En effet, avant de chercher un nouvel emploi, il est utile de connaître ses atouts, afin de pouvoir les mettre en valeur lors de l’entretien, et éventuellement de savoir dans quel secteur d’activité cibler ses recherches.

Cette démarche est particulièrement importante, sur le principe, pour les doctorants à la fin de leur thèse, afin notamment d’orienter sa poursuite de carrière. Elle est présentée par exemple dans ce p’tit déj’ d’information de l’association Contact des doctorants et docteurs montpelliérains, enregistré en version audio.

Bilan de compétences - PhDelirium

PhDelirium – une compétence transversale des docteurs

Outre les enjeux du bilan de compétences, on y apprend que ce dernier peut aussi être réalisé en dehors du cadre prévu par FONGECIF, le plus important étant vraiment la réflexion personnelle qui permet de se positionner pour une meilleure promotion de son profil lors de la recherche d’emploi, quel que soit le domaine d’activité visé (dans le secteur privé, public, ou académique).

L’auto-évaluation et la valorisation des compétences

L’ABG-Intelli’agence propose sur son site web des outils aux doctorants et docteurs pour réaliser soi-même son bilan de compétences, présenté sous le titre poétique d’auto-évaluation des compétences professionnelles des doctorants®. Blague à part, il s’agit de remplir un fichier Excel de questionnaire à divers moments du doctorat : environ 6 mois après le début, au cours de la deuxième année, et environ 6 mois avant la soutenance.

Skills based CV

Vous remarquerez que pour plusieurs compétences, le questionnaire vous demande de fournir des exemples. Il est important d’y réfléchir soigneusement : c’est ce genre de réflexions qui aideront ensuite, lors de la préparation d’une lettre de motivation, ou pendant un entretien, à illustrer de manière crédible et vivante ses compétences. On remarque d’ailleurs dans le monde anglo-saxon le développement des « skills based CV » (exemple 1, exemple 2) qui sont focalisés sur les compétences clés attendues pour le poste souhaité.

Pour approfondir cette réflexion, il peut également être utile de réfléchir à des exemples et des anecdotes sur l’ensemble des compétences identifiées dans le rapport de l’enquête Careers d’Adoc Talent Management (page 39 ou page 44).

Il faudra également penser à transmettre ces compétences dans le langage de l’interlocuteur, quel que soit son secteur d’activité. Par exemple, on parlera plutôt de compétences en pédagogie dans le secteur académique, et on axera sur la communication dans le privé. Là encore, l’enquête d’Adoc Talent Management peut aider à découvrir le vocabulaire requis.

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :