//
vous lisez...
Institutions

Doctoriales 2012 de l’Université Paris-Est

Chaque année, le PRES organise les Doctoriales, module de formation doctorale d’une semaine permettant aux doctorants de se rencontrer, prendre conscience de leurs compétences et les mettre en oeuvre pour découvrir par la pratique le monde socio-économique. Tania, membre de Redoc et participante aux Doctoriales 2012, nous raconte son expérience.

Repas aux Doctoriales 2012 de l'Université Paris-Est

Récit de Tania sur les Doctoriales 2012

Salut à tous, membres ou non du REDOC,

Si vous hésitez encore à vous inscrire aux prochaines Doctoriales, je m’en vais vous conter la petite histoire des Doctoriales 2012.

Il était une fois, des doctorants de l’UPEC (ou rattachés à celle-ci) souhaitant oublier un peu la page blanche de la thèse, respirer, se faire de nouveaux amis, mais aussi s’enrichir intellectuellement ; ils s’étaient rapidement inscrits au Module d’insertion professionnelle organisé par le Département des Etudes doctorales de Créteil.

Enchantés à l’idée de mener une vie de Château, dans celui de Chamarande (Essonne), les 40 valeureux thésards étaient tous arrivés le sourire aux lèvres et la joie dans le cœur. Aussi, quelle déception en constatant qu’ils ne dormiraient pas au Château mais bien quelques mètres plus loin, au Centre Mione, un espace culturel d’art contemporain classé monument historique. Certes, celui-ci pouvait aisément accueillir et héberger tout le monde, le Directeur des lieux avait tout fait pour que les choses se déroulent bien. De plus, bien situé, avec une vue magnifique sur le parc de 98 hectares du domaine départemental labellisé « Jardin remarquable », le Centre Mione offrait un environnement « magique ». Néanmoins, le rêve était brisé. Plus aucune chance de croiser un prince ou une princesse dans les murs du Château ; de se réveiller châtelain(e) sur un lit aux lignes pures ressemblant à un écrin de bois précieux. Non, rien de rien, une autre réalité était là.

Quelques minutes plus tard, l’annonce disant : « Pas de connexion Internet pendant quelques jours » fit l’effet d’une bombe et le désespoir s’est lu dans les regards. Les 5 animateurs devaient certainement s’en douter puisqu’ils avaient anticipé les réactions. Alors, pour éviter la colère de leurs ex rois et reines, ils leurs proposèrent d’aller visiter ce Château de Chamarande, de découvrir le paysage, de boire un breuvage, avant de se mettre au travail.

Travail… Quel travail ! Était-il nécessaire de rappeler, maintenant, que nous étions venus pour cela ? Quelques heures plus tard, les esprits s’étant apaisés, les chambres aménagées, le cocktail d’accueil digéré, les Doctoriales 2012 allaient enfin pouvoir
commencer.

Du travail, oui il y en avait et même beaucoup d’ailleurs. La base de départ fut « le Poster » qui, une fois affiché, permit à tous de découvrir le résumé de thèse que chacun avait amené. Puis, une fois les groupes constitués, durant 7 jours (du 30/09 au 6/10/2012) les doctorants réveillèrent « la bête » qui sommeillait en eux. Les animateurs n’avaient qu’à donner les consignes et la machine fonctionnait. Les équipes, lancées dans une frénésie de mieux faire que les autres, se mettaient en mode pilotage automatique afin de fournir le meilleur d’elles-mêmes. Difficile d’y échapper, chaque cerveau était sollicité. Il fallait cogiter en fonction du temps donné pour l’activité, s’organiser pour travailler en groupe, s’écouter, manager, innover, créer, participer aux jeux de rôles, proposer des idées nouvelles, présenter le chef-d’œuvre aux autres équipes ou aux professionnels invités, gérer le stress, en tentant de contrôler le savoir-être, le savoir-faire et d’autres aspects négatifs de la vie en communauté.

Pause détente aux Doctoriales 2012 de l'Université Paris-Est

En effet, ce n’était pas toujours facile pour tous de travailler en groupe, sous pression et dans l’urgence. Certains esprits se sont même un peu échauffés. Pourtant, chaque journée se terminait dans la joie et la bonne humeur car certaines activités favorisaient le lâcher prise en se moquant de soi ou se moquant des autres. On entendait des rires et discussions dans les couloirs. Tout le monde semblait heureux. Les liens se renforçaient lors des regroupements autour : du petit déjeuner (8h), du déjeuner (12h30) et du goûter (16h30). Le temps de recharger ses batteries et il fallait déjà repartir vers un autre atelier et de nouvelles activités.

Aux Doctoriales, ce qu’il y a de bien, c’est de pouvoir rencontrer des personnes formidables, qui travaillent sur des sujets aussi enrichissants que le vôtre (ou au contraire… si vous y tenez). Des personnes qui vous apportent beaucoup en peu de temps (ouid’autres aussi… mais est-on chaque fois obligé de le dire ?). Des personnes d’origines, de cultures diverses et variées qui vous offrent le meilleur de leur us et coutumes ; vous font voyager rien qu’en les écoutant chanter ou en les regardant danser.

Oui, malgré les très longues journées d’activités qui souvent prenaient fin trop tardivement (21h), certains valeureux doctorants, encore remplis d’énergie, allaient se défouler sur le « dance floor » à l’étage au-dessus et ce jusqu’à 2h du matin. Les autres préféraient regagner leur chambre sachant qu’ils ne s’endormiraient, totalement épuisés, que quand sombrant dans les bras de Morphée, leurs oreilles ne distingueraient plus les « The Voice » ou autres voix cassées des chanteurs de karaoké et les bruits de pas des danseurs endiablés. C’est aussi cela les Doctoriales.Présentation aux Doctoriales 2012 de l'Université Paris-Est

Finalement, on peut dire que la formation « Doctoriales » est un espace royal, où les impossibles à l’arrivée deviennent des possibles au départ. Cette zone internationalisée permet aux doctorants de se rencontrer, se découvrir, lutter contre leur timidité, leurs peurs, de débattre, réfléchir, échanger et de s’enrichir. Nous espérons que cette formation favorisera, encore longtemps, la prise de conscience des acquis, la richesse des différences, la capacité à innover et à s’ouvrir sur le monde économique ; ainsi permettra-t-elle à tous de :

  • mieux comprendre l’importance des avantages à travailler en équipe pluridisciplinaire pour valoriser leurs atouts et thèse ;
  • construire un projet en respectant les différentes étapes ;
  • rencontrer des professionnels et/ou retrouver des post-doctorants afin d’entendre leurs témoignages riches d’expériences ;
  • développer un réseau pour partager les connaissances et actualiser les données ;
  • lever la tête du guidon pour faire une pause, se faire des amis, se libérer, apprendre à danser et même (non mais vraiment !) de rencontrer, à Mione, son prince ou sa princesse… Et oui certaines sont chanceuses. Serait-ce l’effet Château ?

Tout était réuni pour que la mayonnaise prenne, l’intelligence en plus (oui, ne soyons pas radins… à ce stade, le groupe au complet méritait ce compliment avec une mention spéciale au personnel de Mione pour leur amabilité), alors les ingrédients en action ont donné, de l’avis général, une excellente mayonnaise.Benedicta et les autres n’auront qu’à bien se tenir…

Et puisque toutes les bonnes choses ont une fin, la semaine terminée, il fallait se quitter. La séparation fut difficile puisque comme à une colonie, on s’était vraiment bien amusé. Une fois encore ; nous sommes tous partis en se promettant de rester en contact. Vite, des numéros seront échangés, des adresses notées et nous voilà partis.

Peut-être pensez-vous qu’il ne faut pas toujours croire aux contes de fées… que les activités des uns les éloigneraient des autres et que chacun poursuivrait sa route. Pourtant, cette fois encore, comme des enfants, on voulait y croire. Le temps nous a donné raison car une page Facebook a été créée depuis, et il ne se passe pas un mois sans qu’un collègue, un ami, une connaissance des « Doctoriales 2012 » ne lance une invitation afin que tous se retrouvent autour d’un verre, d’un bon repas, d’une piste de danse, ou d’une sortie découverte.

De l’avis de tous, c’était bien la formation « Doctoriales » 2012.

Tania IBRIS 2ème Année de doctorat à l’Université Paris-Est, sur le site de Créteil

Participants aux Doctoriales 2012 de l'Université Paris-Est
 
 
Plus de photos des Doctoriales 2012 :
Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :